KéaBot

Entreprenariat féminin dans la cosmétique

L’entreprenariat féminin dans la cosmétique

Aujourd’hui, de plus en plus de femmes se lancent dans l’entreprenariat, notamment dans le secteur de la cosmétique. Forcément, elles sont les premières consommatrices de produits de beauté. Elles se sentent donc plus concernées et mieux représentées par ce secteur.

Selon le Président de la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté), dans les grandes entreprises de cosmétiques, la parité est largement respectée. Les taux de féminisation y sont très élevés. Chez LVMH par exemple, les femmes représentent plus de 83% de la branche parfums.

Si l’on ne prend pas en compte les grands groupes, de plus en plus de jeunes marques de cosmétiques fondées par des femmes voient également le jour et rencontrent un franc succès.

Pourtant, en France, les femmes représentent seulement 8% de l’entreprenariat tous secteurs confondus.

Ce chiffre est certes encourageant mais il est possible de faire encore mieux !

On vous explique tout sur l’entreprenariat féminin, plus précisément dans le secteur de la cosmétique.

L'évolution de la place de la femme dans la société

En 1804, le Code Civil place les femmes sous l’autorité de leur père et ensuite de leur mari. Elles sont considérées comme inférieures et n’ont donc pas les mêmes droits que les hommes. Elles sont par ailleurs associées à plusieurs stéréotypes : incapables de voter, faibles, émotives et influençables. Dans cette société, leur rôle repose simplement sur le fait d’être une mère et une épouse. Néanmoins, au 20ème siècle, de nouveaux droits leurs attribuent plus d’autonomie.

Lors de la Révolution Industrielle, de nouvelles activités émergent et les femmes sont donc amenées à travailler. Notamment dans le secteur du textile. D’autres métiers comme institutrice, infirmière ou médecin se développent et donnent aux femmes l’opportunité d’avoir un emploi. Leurs salaires restent cependant inférieurs à ceux des hommes et elles ne peuvent pas disposer librement de leurs revenus.

Au début des années 1970, on observe une progression de l’enseignement supérieur pour les femmes et la population active se féminise ainsi de plus en plus. Depuis les lois du 11 juillet 1975 et du 13 juillet 1983, l’égalité au travail entre les hommes et les femmes est désormais obligatoire bien que des discriminations persistent.

Pourtant, malgré l’apparition de certains progrès, depuis les années 2000 on constate un retour du sexisme. Et plus particulièrement dans la publicité où les femmes sont encore réduites à de simples ménagères ou à des objets de désir.

Les femmes se sont toujours battues pour leurs droits et ne cessent de le prouver. C’est donc pour cela que depuis plusieurs années, de nombreuses entrepreneuses ont le courage de se lancer bien que cela ne soit pas toujours facile.

Les difficultés de l'entreprenariat féminin à l'heure actuelle

Lorsqu’elles entreprennent, les femmes sont confrontées à beaucoup plus de difficultés que les hommes.

Tout d’abord les contraintes personnelles. Comme expliqué précédemment, la femme est considérée dans la société comme la mère et l’épouse et est donc victime de préjugés. Beaucoup pensent que les femmes n’ont pas les épaules pour allier vie de famille et vie professionnelle intense ponctuée de réunions et de rendez-vous. Selon trop de gens, la vie d’une mère de famille n’est pas compatible avec celle d’une entrepreneure, ce qui est totalement faux et nous allons vous le prouver dans la partie suivante !

Les femmes souhaitant entreprendre rencontrent aussi des difficultés au niveau du financement externe. En effet, les sociétés de financement ont plus du mal à leur faire confiance car elles sont perçues comme inexpérimentées, faibles et influençables. Ce qui nous renvoie encore au schéma sociétal de la femme des années 1800. Ces stéréotypes ne cessent malheureusement de persister dans le monde professionnel.

Enfin, les femmes entrepreneures doivent aussi faire face à un manque de reconnaissance et de soutien. Dans l’inconscient collectif, pour qu’une femme soit reconnue, il faut qu’elle fasse ses preuves et cela beaucoup plus qu’un homme. L’homme est encore considéré comme un leader, comme un dirigeant. Il inspire plus souvent confiance que la femme dans le monde du travail.

Toutes ces « affirmations » sont totalement infondées et nous allons vous le démontrer en vous présentant des portraits de femmes entrepreneures dans la cosmétique.

Portraits de femmes entrepreneures dans la cosmétique

Clémentine Granet et Camille Brégeaut – Fondatrices de la marque Les Petits Prodiges

Elles ont créé Les Petits Prodiges en 2017, une marque de cosmétiques éco-responsables qui propose des produits 100% naturels et Made in France.

Après plusieurs années dans le secteur de la cosmétique, elles ont monté leur propre entreprise avec le lancement d’une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule. Cela leur a permis de financer la fabrication de leur tout premier produit (le baume hydratant multi-usage) et d’avoir les retours de leurs premiers clients. Cette campagne fût un véritable succès car elles ont réussi à atteindre les 400% de pré-commandes et on leur dit BRAVO !

Elles ont su relever avec brio le pari de l’entreprenariat et leurs produits se vendent maintenant dans toute la France chez Monoprix, en pharmacies, magasins BIO et aux Galeries Lafayette.

Selon elles, leur plus grande qualité d’entrepreneure est «Agiles, réactives, polyvalentes et positives». Leur plus grand doute est «Le marché des cosmétiques est un secteur porteur aujourd’hui, nous espérons que cela continuera comme ça ».

Laure Bouguen – Fondatrice de HO KARAN

Elle est la fondatrice de HO KARAN, une marque de cosmétiques naturelles à base de cannabis. En effet, ses grands-parents originaires de Bretagne cultivaient du chanvre pour sa fibre. C’est de là qu’est né son envie de prouver que le chanvre peut soigner. HO KARAN signifie d’ailleurs « Je vous aime » en Breton. Son objectif est d’apaiser les gens à l’aide de produits naturels et holistiques.

Au niveau de l’entreprenariat, elle aime le fait de pouvoir se battre pour des causes. Elle évolue dans deux secteurs à savoir la cosmétique et le cannabis. Le premier est majoritairement féminin alors que le second reste dominé par des hommes. Elle avoue que certains hommes remettent encore en cause sa légitimité du fait de son âge, de son genre et de tous les clichés qu’ils associent au secteur de la cosmétique.

Elle a plusieurs conseils à donner aux futurs jeunes entrepreneurs comme le fait d’être passionné par le secteur choisi car celui-ci les occupera jours et nuits. Selon elle, il faut également se construire une communauté solide et bien s’entourer.

Julie Faivre Duboz – Fondatrice d’Alyscamps

Cette docteure en pharmacie a fondé Alyscamps, une marque de cosmétiques naturelles pour toute la famille. Nous avons notamment eu la chance de l’interviewer lors d’un entretien où elle nous a expliqué son parcours.

Grâce à son expérience, elle a souhaité créer une marque adapté à chaque membre de la famille en utilisant des ingrédients sains, efficaces et naturels sans oublier la dimension sensorielle.

Pour elle, l’entreprenariat n’a pas forcément été une épreuve à surmonter. En effet, elle était très entourée par les membres de sa famille et a bénéficié du soutien sans faille de son mari, également pharmacien.

Pour aller plus loin

Comme nous l’avons vu, la place de la femme dans la société a évolué positivement. Mais de nombreux stéréotypes persistent encore. De plus en plus de femmes se lancent dans l’entreprenariat mais sont encore parfois victimes de discriminations. C’est aussi très certainement pour cette raison que beaucoup d’entre-elles souhaiteraient entreprendre mais n’osent pas encore.

L’essentiel est de croire en son projet et de bien s’entourer. Il existe par ailleurs des agences dédiées à l’entreprenariat féminin. Sur Toulouse, Glow’Up Les Toulousaines Audacieuses propose un espace dédié aux entrepreneures, des formations, du réseautage ou encore des workshops pour se lancer.

Alors n’oubliez pas, le GIRL POWER est fort et chaque femme a le droit de poursuivre ses rêves !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.